Les routes romaines

Ave viator, vale viator
Bonjour passant, adieu passant

Route Romaine                                                       Ancienne route romaine


"Il n’y avait pas de routes chez les Belges"

Cette affirmation, caricaturale il est vrai, résume ce qu’aurait pensé César lorsqu’il est arrivé chez nous lors de la conquête romaine...

Si des chemins de quel qu’importance devaient déjà exister avant l’arrivée des romains, ils ne pouvaient supporter la comparaison avec les véritables routes tracées à l’intérieur de notre territoire à l’initiative de Rome. Celles-ci, conçues pour être efficaces, rapides et sûres, constituaient le principal instrument de la centralisation romaine : leur rôle était donc capital.

La maxime est d’ailleurs bien connue : tous les chemins mènent à Rome...

En Gallia Belgica (Gaule Belgique), province créée par Auguste en 27 av. J.-C. et issue du démembrement de la Gaule conquise par César entre 58 et 52 avant J.-C., un nœud routier important se situait à Bavay, dans le Nord-Pas-de-Calais, d’où rayonnait en étoile un certain nombre de routes, dont une partait en direction du nord-est vers Tongres, puis Cologne sur le Rhin : il s’agit de la "chaussée Brunehaut". Comme presque toutes les routes romaines du nord de la Gaule, elle fut mise en chantier sous la direction du Général romain Agrippa et remonterait entre 20 et 10 avant J.-C. précisément.

Depuis Bavay, la route tire en ligne droite jusque Gembloux environ : entre Gembloux et Braives, elle s’incurve sensiblement puis redevient rectiligne jusque Tongres, avant de filer vers Maastricht pour enfin rejoindre Cologne. Dans la Belgique contemporaine, son itinéraire correspond précisément à la ligne de crête qui partage les bassins de l’Escaut et de la Meuse.

Sur la table de Peutinger - vraisemblablement la source la plus importante pour ce qui est des itinéraires antiques -, son cheminement est aisément identifiable. Une vignette où figurent deux petites tours symbolisant une ville, signale BACA CONERVIO (ou Bavay). Vers la droite, un premier tronçon de XII lieues mène à VOGO DORGIACO (ou Waudrez), station distante de XVI lieues de GEMINICO VICO (ou Liberchies). XIII lieues supplémentaires aboutissent à PERNACO (ou Braives) avant de rejoindre XVI lieues plus loin ATUACA (ou Tongres). Cet itinéraire routier compte donc 58 lieues qui, converties dans notre système de mesure, correspondent à 128,876 km (une lieue = 2,222 km).

 PDF: 400 ko
 Les routes romaines (détails)

 

Get back up top