La grange

Un bâtiment emblématique d’une région.

"Le pays où les granges sont des navires..." (Julos Beaucarne)

La Ramée - vue aérienneLa Ramée - vue aérienne

Symbole des régions céréalières, la grange est un bâtiment caractéristique du quadrilatère agricole hesbignon, dont la volumétrie peut acquérir des proportions tout à fait grandioses.

Grange en long ou grange en large

Typologiquement, le bâtiment peut se décliner sous deux formes principales : le genre dit "en long" et le genre dit "en large". Caractérisant les grosses censes, le premier type semble dominer, du moins sous l’ancien régime.

Particularité des deux types

La grange dite "en long" est définie par ses deux portails, qui sont toujours percés en vis-à-vis dans les pignons ; l’un fait office d’entrée et l’autre de sortie. La grange dite "en large" quant à elle ne dispose que d’un portail qui s’ouvre au milieu du mur gouttereau, côté cour et qui combine les fonctions d’entrée et de sortie, sans distinction. Il en va de même dans la fonction dite "en double large" qui consiste en l’ouverture d’un deuxième portail - mais dans la même muraille - ce qui n’autorise pas davantage l’individualisation des fonctions d’accès.

Dominance du type long

Ce système bénéficie d’un double avantage : pouvoir être extensible "à souhait" et autoriser le déchargement simultané de plusieurs chariots en enfilade, sans qu’ils se gênent entre eux. C’est par ailleurs dans l’allée d’accès que se faisait le battage du grain : l’aire réservée à ce travail, toujours située près d’un portail afin de bénéficier de lumière et de circulation d’air, se reconnaît à son dallage. Enfin, des ouvertures secondaires peuvent exister, vers les champs ou vers la cour. Bien souvent, un jeu d’oculi troue la partie sommitale des pignons, afin d’obtenir une correcte ventilation du volume. 

La Ramée - vue intérieureLa Ramée - vue intérieure

Des volumes extraordinaires

Son expression la plus magistrale est incontestablement celle de la ferme de La Ramée à Jauchelette, qui remonte à 1722, d’une volumétrie presque inégalée à l’échelle du pays entier !

Ses dimensions : 46,81 X 21,03 m, pour une superficie de 984,41 m2 subdivisée en 4 nefs enfilant 9 travées d’une hauteur maximale de 20,50 m. Un rapide calcul permet d’obtenir une superficie de quelques 1750 m2 de toiture... Le volume extérieur totalise quelque 13 535 m3 ! Il s’agit d’un énorme navire qui en dit long sur la taille du domaine de l’institution ecclésiastique qui en était propriétaire.

Bien que toutes les granges "en long" ne connaissent pas un développement aussi impressionnant cette typologie est fréquemment propice à la construction "en grand" comme l’illustrent, par ordre chronologique : la grange de la ferme Detienne à Huppaye (fin XVIIe ou début XVIIIe s.), celle de la ferme de Wahenges à l’Ecluse (1718), celle de la ferme du Grand Haquedeau à Roux-Miroir (1752), celle de la ferme de la Porte (1755) et celle de la Grande Cense (1759) à Sart-Risbart, pour ne citer que quelques exemples significatifs.

Le type en large

Le système "en large" ou "en double large" a existé simultanément, pour les plus grosses fermes, au système "en long". 

Généralement moins imposant, sa capacité de mise en réserve reste toutefois fort appréciable. Plusieurs exemplaires parmi les plus anciennes repérées sur le terrain : celle de la ferme "De Coster" à Beauvechain, à l’origine en colombage, qui daterait du XVIe ou du XVIIe s. (bien qu’agrandie et convertie "en long" tardivement) et celle de la ferme du Grand Château à Huppaye du XVIIe s. 

Plus grandes sont les granges de la Grande Ferme à Orp-le-Petit (1728), ou de la ferme du Stocquoy à Jodoigne (1755), qui serait une des plus volumineuses de ce type (+- 7 440 m3).

La grange en long n’équipe donc pas de manière systématique le quadrilatère hesbignon, même si elle s’y rencontre prioritairement. Inversement, cette typologie impliquerait une disposition en quadrilatère (ou polygonale), afin de pouvoir disposer de deux pignons libres qui sont nécessaires à l’ouverture des portails. Les granges "en long" ont donc été évitées dans l’organisation bi- ou tricellulaire caractérisant les plus petites fermes, qui ont naturellement privilégié la solution "en large". Ces dernières sont légion et apparaissent en nombre à partir du XIXe s. Un magnifique exemple millésimé 1839, presque intégralement bâti en tuffeau, survit à Maret.

 PDF: 1.3 Mo
 Glossaire

 PDF: 219.6 ko
 La Grange (détails)

Get back up top